Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Philippe Michon

peintre cubiste (1925-1999)

Articles avec #nu catégorie

Le Nu Sombre

Publié le 18 Août 2017 par jean david michon dans peinture, nu, collection privée

huile sur papier 65 cm X 85 cm (1977)

huile sur papier 65 cm X 85 cm (1977)

Mes soeurs & moi, n'avons reçu, pour seul héritage collectif, que les tableaux de mon père. Cependant, chacun des enfants possède particulièrement, quelques tableaux, qui ont été choisis du vivant de notre père, quand nous étions encore enfants....Pourquoi celui-là plutôt qu'un autre? C'est quasi inexplicable.

Ce Nu Sombre est par exemple, très inhabituel en terme de couleurs, très "gothique" et c'est ma soeur cadette: Anne, qui le possède & l'expose dans sa maison de Châteaudouble (83).

commentaires

Nus Couchés

Publié le 31 Juillet 2017 par jean david michon dans étude, fusain, dessin, femme, nu

Nus Couchés

En attendant de pouvoir récupérer quelques photos de tableaux vendus ou donnés (une sinécure!), je suis bien obligé, pour "alimenter" ce site, de faire les fonds de placards!. aujourd'hui quelques dessins & fusains de nus, pour supporter la chaleur torride de la saison.....

Nus Couchés
Nus Couchés
Nus Couchés
commentaires

Coup de Soleil

Publié le 29 Juillet 2017 par jean david michon dans fusain, étude, femme, nu

fusain

fusain

C'est dans les fusains de nus que l'on voit clairement l'influence de Picasso sur mon père, meme si lui, se réclamait, plutôt, de Georges Braque.

commentaires

La Danse des Voiles

Publié le 20 Juillet 2017 par jean david michon dans peinture, étude, dessin, fusain, femme, nu, danse, inachevé

huile sur papier dimensions? (1999)

huile sur papier dimensions? (1999)

Dans plusieurs œuvres remarquables de la culture occidentale, la danse des sept voiles (qu'on présente généralement comme exécutée par Salomé) est un des développements apportés au récit biblique de l'exécution de Jean-Baptiste. Les détails qui ont enrichi l'histoire dans les écrits apocryphes tardifs du christianisme ont donné le nom de cette danse, et indiqué son objet : enflammer le roi Hérode Antipas d'un désir incestueux pour qu'il traitât Jean-Baptiste comme sa belle-fille le souhaitait.

 

La Danse des Voiles
commentaires

Chairs

Publié le 18 Juillet 2017 par jean david michon dans peinture, nu, livre, influence

huile sur papier 64cm X 45 cm (1970)

huile sur papier 64cm X 45 cm (1970)

L'art comme "sublimation de la sexualité", ou plus simplement, comme le disait Picasso: "L'art ne peut être qu'érotique" (titre d'un très beau livre sur les oeuvres érotiques du "satyre" de Malaga!).

La sublimation se détermine comme processus à la fois d’investissement et de production des signifiants. Elle ouvre de façon imprévisible le champ de l’inventivité et de la création, tout en résultant de l’action de la lettre. Aussi bien apparaît-elle paradoxalement comme « la forme même dans laquelle se coule le désir », ainsi que l’écrit Lacan « ce quelque chose par quoi [… ] peuvent s’équivaloir le désir et la lettre » et « où s’instaure le travail créateur dans l’ordre du logos ».

Dès qu’on parle de sublimation, il importe aussi bien d’avoir présente à l’esprit une double tension : la première entre phénomène d’adaptation sociale et processus original de création ; la seconde entre soumission à la métamorphose et volonté de savoir.

Chairs

"Voici un livre d'art culotté s'il en est - les Anglais diraient "cheeky". Il fallait en effet Beaucoup d'aplomb à Diana Widmaier Picasso pour interroger l'art de son grand-père Sur sa quête, sans retenue, toute la vie Durant, de l'amour, de ses amours, dans leur Plénitude, leur exactitude physique et leur Dépassement par son art. Le comble en ce Domaine étant atteint lors de la quête sans Cesse recommencée de Marie-Thérèse, la Grand-mère de Diana. Un tel livre ne pouvait Etre conçu et mené à bien qu'au XXIe Siècle, quand la longue bataille européenne Contre les interdits du sexe peut laisser place A la compréhension des sources d'un art qui Les outrepasse si lyriquement, de "l'oeil en Erection" à "un érotisme de géant". Diana Gagne son pari et ajoute à la bibliothèque Des ouvrages sur son grand-père ce livre sans Equivalent qu'elle seule, fille de la fille aînée De Picasso, pouvait écrire."

commentaires

Nu Couché

Publié le 8 Juillet 2017 par jean david michon dans peinture, étude, fusain, dessin, nu, femme

huile sur papier 108 cm X 72 cm (1996)

huile sur papier 108 cm X 72 cm (1996)

L'exposition au soleil, en été, est dangereuse, même si cela fait un beau tableau! Alors usez en avec parcimonie & bon escient! Et surtout on ne s'endort pas.....

Nu Couché
commentaires

Nu au Fauteuil d'Osier

Publié le 30 Juin 2017 par jean david michon dans peinture, nu, femme

huile sur papier 61cm X 81 cm (1970)

huile sur papier 61cm X 81 cm (1970)

A l'époque, on ne savait pas qu'une exposition excessive au soleil était dangereuse, alors on abusait certainement beaucoup trop; je me souviens d'un mélange d'huile d'olive & de jus de citron, dont mes soeurs s'enduisaient, pour finir grillées comme des poulets au four!

Ah! quand meme! c'était bon, les vacances, au bord de la mer ou du lac de Sainte Croix!

Nu au Fauteuil d'Osier
commentaires

La Mandoline Bleue

Publié le 20 Juin 2017 par jean david michon dans peinture, fusain, dessin, étude, instrument de musique, femme, nu

huile sur papier 95 cm X 67 cm (1985)

huile sur papier 95 cm X 67 cm (1985)

Une femme nue joue de la mandoline pour vous, c'est un repos du guerrier, érotique & raffiné, à l'italienne!

La mandoline est un instrument de musique à cordes pincées originaire d'Italie. Petit luth à manche court utilisé en musique classique, folklorique ou traditionnelle, elle est surtout répandue dans les pays méditerranéens. Elle est connue, par exemple, comme l'instrument d'accompagnement privilégié de la chanson napolitaine.

Luxe calme & volupté! Ces Italiens savent vivre!

La Mandoline Bleue
commentaires

Eden

Publié le 15 Juin 2017 par jean david michon dans peinture, symbolisme, scene imaginaire, nu

huile sur papier 53cm X 75 cm (1977)

huile sur papier 53cm X 75 cm (1977)

Un de mes tableaux préférés, Eden se rapporte au mythe d'Adam & Eve & du paradis perdu. Après avoir vécu au paradis, le couple originel est chassé de l'Eden, pour avoir goûté à la pomme, fruit de la connaissance, tenté par le diable sous la forme d'un serpent. Ils deviennent alors mortels & prennent honte de leurs nudités; l'innocence est perdue à jamais, quelle tristesse!

Un symbolisme universel qui peut s'appliquer à tous les couples du monde, l'euphorie de la rencontre & de la passion n'a qu'un temps et le quotidien, nous chasse bien vite de cet état paradisiaque, écrasés que nous sommes par la "matérialité". Nous avons tous, en nous, la nostalgie, d'un paradis perdu.

commentaires

Le Peintre & son Modèle

Publié le 7 Juin 2017 par jean david michon dans peinture, nu, le peintre & son modèle

huile sur papier (1970)

huile sur papier (1970)

Le nu, sujet académique, par excellence, devient avec l'art moderne, plus personnel; le peintre se met en scène dans le tableau, pour littéralement "dévorer" son modèle; l'artiste en veut toujours plus & son modèle se refuse à une telle impudeur; on sait comment tout cela finira! L'oeuvre & le désir sont associés...Peindre & faire l'amour seraient donc la même chose?

Voici quelques tableaux de maîtres & un texte de Zola pour illustrer, la chose....

Picasso

Picasso

Matisse

Matisse

Gromaire

Gromaire

André Lhote

André Lhote

Saisi, immobile de joie, lui la regarda se dévêtir. Il la retrouvait. La vision rapide, tant de fois évoquée, redevenait vivante. C'était cette enfance, grêle encore, mais si souple, d'une jeunesse si fraîche ; et il s'étonnait de nouveau ; où cachait-elle cette gorge épanouie, qu'on ne soupçonnait point sous la robe ? Il ne parla pas non plus, il se mit à peindre dans le silence recueilli qui s'était fait. Durant trois longues heures, il se rua au travail, d'un effort si viril qu'il acheva d'un coup une ébauche superbe du corps entier. Jamais le corps de la femme ne l'avait grisé de la sorte, son coeur battait comme devant une nudité religieuse. Il ne s'approchait point, il restait surpris de la transfiguration du visage, dont les mâchoires un peu massives et sensuelles s'étaient noyées sous l'apaisement tendre du front et des joues. Pendant trois heures, elle ne remua pas, elle ne souffla pas, faisant le don de sa pudeur, sans un frisson, sans une gêne.Tous deux sentaient que, s'ils disaient une seule phrase, une grande honte leur viendrait. Seulement, de temps à autre, elle ouvrait ses yeux clairs, les fixait sur un point vague de l'espace, restait ainsi un instant sans qu'il pût rien y lire de ses pensées, puis les refermait, retombait dans son néant de beau marbre, avec le sourire mystérieux et figé de la pose.

Claude, d'un geste, dit qu'il avait fini ; et, redevenu gauche, il bouscula une chaise pour tourner le dos plus vite ; tandis que, très rouge, Christine quittait le divan. En hâte, elle se rhabilla, dans un grelottement brusque, prise d'un tel émoi, qu'elle s'agrafait de travers, tirant ses manches, remontant son col, pour ne plus laisser un seul coin de sa peau nue. Et elle était enfouie au fond de sa pelisse, que, lui, le nez toujours contre le mur, ne se décidait pas à risquer un regard. Pourtant il revint vers elle, ils se contemplèrent, hésitants, étranglés d'une émotion qui les empêcha encore de parler. Etait-ce donc de la tristesse, une tristesse infinie, inconsciente et innommée ? car leurs paupières se gonflèrent de larmes, comme s'ils venaient de gâter leur existence, de toucher le fond de la misère humaine.

(l'oeuvre Zola)

commentaires
1 2 3 4 > >>